Actus

25/10/2014

Ironman Barcelona: un coup pour rien!

posté à 14h23

Quelques semaines après mon retour sur la distance reine, j'ai eu le temps d'analyser à froid ma 1ère déconvenue de la saison 2014/2015. Et je crois que j'ai déjà utiliser mon joker...
Pour être honnête, je ne m'attendais pas à claquer la course de ma vie, mais au moins à me rassurer sur mon niveau et ma capacité à souffrir. Pour cela, faudra repasser. Ca tombe bien. La course aux points est lancé. Il n'y a d'ailleurs pas le temps de panser les plaies qu'il faut déjà y retourner.
Pour en revenir à l'ironman de Barcelone, j'étais dans la forme optimale du moment en considérant que j'avais 9 mois d'entraînement sur ces 2 derniers années.
Et avec l'accompagnement de mon ami Philippe Seugnet, du déplacement de ma famille, j'espérais ressentir l'émulation que je recherche dans les moments difficiles.
Mais j'étais fatigué par de l'extra-sportif à gérer au quotidien. En effet, les choses que j'avais mise en place l'an dernier et au début de cette année (la construction d'une maison et sa mise en location ainsi que le début de la distribution de Mako en Australie), qui m'ont aidé à ne pas ruminer durant ma convalescence, m'ont été préjudiciable pour ma reprise sur le plan énergivore. Ma récupération en a donc énormément pâti. Je suis arrivé sur les rotules à Barcelone. Et c'est aussi pour des raisons administratives que j'avais dû m'inscrire à cette course alors que d'autres (américaines -Lake Tahoe ou Chattanooga) me tentaient bien plus du fait de leur typographie à vélo.
Mais je comptais sur ma motivation pour tenter de me sublimer.
Il n'en aura rien été.
Et je n'ai pas été aidé par les Dieux...
Le Dieu de la météo d'abord!
Contrairement à ce que certains peuvent penser la 1ère partie de la course s'est déroulée sous des trombes d'eau au point que le départ a été décalé.
Du fait d'un hébergement hors du Sant Jordi réservé aux nombreux Pros invités desquels je ne fais pas partie et des officiels, je pars de bonne heure et de bonne humeur préparer mon vélo dans l'aire de transition. J'étais préparé pour ces conditions. La moitié de mes courses réalisées en France de mi-mai à mi-juillet étaient sous la pluie.
Puis, je rejoins la tente des sacs vêtements de ville proche du départ. J'y enfile ma néoprène et tente d'obtenir des informations auprès des quelques bénévoles, demandant si le départ va avoir lieu à l'heure prévue, ou reporté ou annulé, car honnêtement, l'orage grondait. Mais rien nada. Donc, je décide d'aller m'échauffer en natation. D'ailleurs, il fait meilleur dans l'eau qu'en dehors.
Puis, je rejoins l'arrière du sas de départ pour me placer.
Les informations sont toujours absentes du rdv.
Ce n'est qu'à 10' du départ officiel qu'on apprend que le départ est décalé de 30'.
Sur ce, je pars m'abriter sous la tribune d'arrivée. Mais je suis mouillé, les pieds dans le sable également mouillé, sans gel ni boisson énergétique.
Je retourne m'échauffer en natation.
Au moins, j'aurais mes 1000m d'échauffement cette fois-ci comme lors d'une séance d'entraînement...
Je retourne me placer à l'extrémité du sas. Pas la peine, ils nous appellent par numéro de dossard et nous placent les uns à côté des autres genre GP, alors que la 1ère bouée située à 200m pour un virage à droite est juste excentrée...
Dans le genre rigueur, les espagnols ils repasseront. Ils leur faudraient aller voir du côté suisse ou allemand comment on organise un ironman, pas un Challenge...
Pour ma part, attribué du dossard 13 (je m'en souviendrais), je pars sans stress. je sais qu'à 69 pros au départ, il n'y aucun risque que je loupe 'un" wagon. Et comme le mot d'ordre est économie sur cette partie, je fais le minimum syndical. Je sors 25e de mémoire en 56'. Rien à signaler.
Puis transition correcte et début du vélo dans les rues étroites de Calella. Je suis Sergio Gomez, dossard n°1 car vainqueur l'an dernier ici même en 8h05'. Y'à donc pas à s'inquièter et prendre son mal en patience.
Mais je n'ai pas été le seul à être malchanceux ce jour-là. Parmis l'un des nombreux dos d'âne de la partie urbaine, l'un était particulièrement humide. On aurait dit une rivière d'un 3000m steeple. Il en perd ses flasques de boyaux Mavic. Du coup, ils n'étaient plus trop aéro...
Puis, j'arrive "enfin" sur la portion roulante mais ondulée (contrairement à ce que certains pensent) le long de la Costa Brava. Je tiens d'ailleurs à glisser un message à ceux du post de cet ironman qui le définissent comme "pas glamour". Faudra m'expliquer quand même ce que vous appelez glamour car un ironman avec une route qui longue durant l'intégralité du parcours cycliste et pédestre la Grande Bleue et cela de manière fermée, c'est bien plus prestigieux et glamour que 99,9% des triathlons français.
Pour ma part, j'ai pris du plaisir sur ces allers-retours notamment lors de mes stages à Calella qui est l'un des meilleurs spots au monde pour l'entraînement en triathlon. Honnêtement, je le recommande.
Bref, j'attends patiemment mon heure car quand bien même les distances sont, chez les Pros, relativement bien respectées et ce n'est pas l'arbitre 90% du temps en notre compagnie qui dira le contraire. Peut-être que Christophe Bastie le dira. Ah mince, j'avais pas lu qu'il avait écrits 3 posts à ce sujet.
Pour ceux qui ont un peu de temps à perdre, je vous invite à regarder les photos des Pros sur le site officiel du photographe (marathon photos) et d'identifier les athlètes par leur numéro de dossard (easy pour les Pros homme c'est du 1 au 69). Pour les GA, je ne fais pas de commentaires, vous en avez fait assez. Et je vous rejoins sur le fait qu'il faut une prise de conscience des uns et des autres (les GA mais aussi les instances) car ce cirque n'était pas glorifiant.
Pour ma part, je suis dans le 3e groupe conscient qu'aucun de nous ne laissera partir un fuyard. J'attends donc patiemment le demi-tour pour juger des écarts.
Le 1er groupe semble rouler fort. Je ne m'affole pas, de mémoire un ironman c'est long!
On fait à notre tour le changement de direction. On traverse de nombreux rond-points encore détrempé. Malgré ma prudence, j'attaque un rond-point et sur le dessus, ma roue avant perd l'adhérence. Je me retrouve au tapis. Je remets la chaîne et je repars à bloc. Mais le mal est fait, je sens ma hanche et mon genou touchés. Je sens aussi que je pédale bizarrement. Pour être honnête, je pensais que c'était les brûlures qui changeait ma perception du geste ou que mon geste était différent du fait des brûlures... Pas que la pédale puisse être cassée! Néanmois, je m'accroche, je repense à l'interview de Jérémy au sujet de ses chutes à l'ironman France, au fait qu'il a fini en guerrier, et qu'il est à Hawaii une semaine après...
Je rentre assez rapidement, peut-être trop rapidement... (en terme de régularité de l'effort, je repasserai...).
Puis, je manque 2 bidons énergétiques aux 2 "mini-ravitos".
En ce moment, on tire les prix sur tout. Sous prétexte environnemental ou autre, on nous sert de l'eau, du Cola (Coca c'est trop cher, tant pis pour le goût!), et de l'eau sucrée... je rigole. Bientôt, faudra ouvrir la bouche au passage et on nous ravitaillera par un jet. En voila une idée qu'elle est bonne.
Bref, je fini en hypo pédalant d'une jambe et je mets le clignotant à la fin du 2e tour vélo.
Et pour le 2e acte, c'est dans 2 semaine à Mandurah en Western Australia pour l'half support du championnat d'Australie.
Au passage, j'en profite pour féliciter Cyril Viennot qui m'a inspiré tout au long de cette année. Après son terrible accident, il a su reprendre le dessus et perfer comme aucun français ne l'avait jamais fait à Hawaii. Chapeau à lui.
Et pour tout ceux qui galèrent, je vous joins une petite vidéo de Rudimental qui fait relativiser et prendre mes propos parfois provocateurs au second degré...


 

https://www.youtube.com/watch?v=M97vR2V4vTs


Autre news:
01/07/2015 : Triathlon de Nouâtre
18/06/2015 : Ironman Cairns: 4e
21/05/2015 : Changement de programme!
03/05/2015 : 70.3 Busselton
21/04/2015 : Triathlon de Mullaloo
09/04/2015 : Dépense énergétique sur un ironman! Quelques tips...
31/03/2015 : Flash&Life
25/03/2015 : Ironman Melbourne: Done!
21/03/2015 : Ironman Melbourne: J-1
20/03/2015 : Ironman Melbourne: J-2


» Consulter les archives

RSS